Et si l’innovation de rupture tuait l’innovation ?


On y rêve tous ! Inventer L’innovation du futur, celle qui révolutionnera notre monde comme ont pu le faire par le passé la voiture, la télé, internet, Iphone, la thérapie génique 2.0…

Que ce soit dans le domaine public ou privé, de nombreuses organisations(1,2) recherchent avant tout l’innovation de rupture, cette innovation à la fois technologique et d’usage qui transforme fortement un marché en cas de succès… De grands moyens y sont consacrés. Certaines innovations dans cette catégorie semblent prometteuses à l’instar des taxis volants, des voitures autonomes, de l’hyperloop (encore appelé le train du futur) ou des applications de l’intelligence artificielle…

Aussi fascinante soit-elle, l’innovation de rupture peut aussi se révéler être une « tueuse » de l’innovation dans une entreprise si c’est la seule à être valorisée.

  • Elle écarte d’emblée des projets moins ambitieux…parfois jugés ridicules. Que dire d’une entreprise créée par 2 jeunes qui ont commencé en sous-louant leur salon avec 2 matelas gonflables (pour ceux qui n’auraient pas deviné…AirBnB)?
  • Elle génère un stress énorme auprès des équipes qui ne recherchent que la « bonne idée ». Malheureusement comme le démontrent de nombreuses études scientifiques, le stress diminue très fortement les capacités créatives
  • Parce qu’elle est technologique, elle est réservée à des ingénieurs très pointus…plus amoureux de la technologie que l’usage qu’elle pourrait apporter… Les lunettes Google sont de vrais bijous technologiques…mais un flop commercial. Parce que du point de vue de l’utilisateur, elles se sont révélées inélégantes, couteuses et ont soulevé de gros problèmes de respect de la vie privée
  • Consommatrice d’énormes budgets, elle laisse peu de place à d’autres projets innovants en interne

Pour autant, au cours des 15 dernières années, les innovations impactantes sur les marchés sont des innovations d’usage (changeant l’usage des usagers en utilisant une technologie existante). Pour n’en citer que quelques-unes :  AirBnB, Blablacar, Uber, Instagram, Netflix sont de parfaits exemples d’entreprises qui ont su créer des business modèles innovants en apportant des usages inédits. Outre les retombées financières indéniables, ce type d’innovation présente l’avantage de stimuler l’innovation au sein des entreprises.

  • « Plus facile » en apparence, elle peut être l’affaire de tout un chacun (et pas seulement des ingénieurs),
  • elle est beaucoup moins couteuse (donc peut potentiellement laisser la place à plusieurs projets d’exister)
  • et présente des cycles d’innovation beaucoup plus courts

Parfait pour une entreprise qui fait face à l’impératif d’innover rapidement pour rester ou revenir dans la course sur des marchés compétitifs.

Mon propos n’est pas d’écarter l’innovation de rupture. Bien au contraire. Mais de ne pas la considérer comme la seule possible au risque de passer à côté de pépites de marché et d’un formidable élan créatif et ingénieux dans les entreprises. Cette approche nécessite simplement de se « former » à reconnaitre les concepts prometteurs derrière des idées très immatures et savoir challenger les porteurs d’idées (3).

Si votre entreprise innove essentiellement de façon incrémentale, ne considérer que l’innovation de rupture, est comme si vous vous imposiez de devenir soudainement Usain Bolt, rien de moins, en partant de capacités physiques ordinaires. Certains de vos créatifs aux capacités exceptionnelles pourront peut-être devenir des Usain Bolt. D’autres réussiront différemment en créant d’autres propositions de valeur, en apparence moins spectaculaires mais peut être plus décisives et plus profitables à terme (en inventant des méthodes d’entrainement spectaculaires, du matériel décuplant l’énergie, un nouveau sport inspirant, ou un tout nouveau concept jusque-là inexistant..) et en générant, qui sait, plus de revenus pour soutenir les projets de rupture, plus longs et coûteux. Bill Gates avait dit un jour « La France n’innove pas assez, car elle n’autorise pas le droit à l’erreur ». Et si on autorisait plus d’idées émerger(3,4) à moindre coût?

Article rédigé par Christiane Brackman, coach en innovation et accompagnement au changement CEO ActInedit https://www.actinedit.com/, brackman.christiane@orange.fr


Sources

1/https://www.forbes.fr/business/prochaines-innovations-de-rupture-la-france-encore-hors-jeu/amp/

2/https://philippesilberzahn.com/2020/02/10/quelle-strategie-pour-votre-entite-innovation-de-rupture/

3/https://www.linkedin.com/pulse/ce-quune-simple-histoire-de-lego-révèle-notre-christiane-brackman/

4/https://www.actinedit.com/blog/renouer-avec-l-ingéniosité